• QUITO

     L’équateur, que l’on pourrait penser être á température constante et chaude toute l’année de par sa situation géographique proche de l’équateur, possède deux saisons, cependant très différentes en fonction de la région dans laquelle on se trouve. En effet, le pays est divisé en trois régions : la côte, partie ouest du pays qui longe l’océan pacifique, la sierra, partie centrale du pays et l’oriente, partie est du pays située dans la forêt amazonienne. L’hiver, qui ressemble plus á un automne, s’étale de décembre á mai environ et l’été de juin á novembre. C’est l’ automne et il est vrai que comparé á mon précédent voyage, je suis sous la pluie et dans les nuages beaucoup plus souvent voire tous les jours. Cela demande donc un peu plus de ténacité pour effectuer randonnées et autres découvertes du pays. Pour le moment, je me suis cantonnée á visiter la sierra d’Otavalo, ville la plus au nord où je me suis rendue, á Riobamba, ville la plus au sud visitée. Chacune des ses parties du pays héberge un volcan, soit en activité, soit en sommeil. Les paysages alentours restent magnifiques et l’altitude est variable. Toutefois, Quito, la capitale est déjà á 2 850 m d’altitude. J’ai la chance d’être reçue par les parents de Marco ,qui vit á Nouméa et que je remercie une fois encore au passage. Je les avais rencontrés lors de mon précédent voyage en 2009. Mon itinéraire durant ce mois ayant été Quito, sud, nord, Quito, sud, je vais écrire sur chaque endroit que j’ai visité, en dehors de toute considération chronologique.

     

    Quito est chargé d’histoire : cathédrale datant de la conquête espagnole, musées, routes pavées qui montent et descendent, places diverses toujours animées, hautes en couleurs et aux visages multiples. Le centre historique est un quartier qui regorge de petites boutiques en tous genres. Plus au nord, le quartier de Mariscal est touristique, on le rejoint après avoir traversé 2 parcs la Alameda puis el Elijido. Un peu plus loin, le plus grand parc de la ville la Carolina est très prisé par les sportifs qui viennent y courir ou faire du vélo, mais aussi des propriétaires de chiens qui s’y baladent avec leurs toutounes. Le temps plutôt gris et surtout nuageux ne m’a pas permis de monter jusqu’au volcan qui domine la ville : le Pichincha, ce sera pour une prochaine fois. Le centre de Qmanda, plus au sud, ancienne gare routière, héberge aujourd’hui un centre de loisirs où l’on peut gratuitement faire du sport : aérobic, musculation, natation (j’ai été trop déçue), bain de cajun (á défaut de nager dans leur piscine qui fait 10m de long et 5m de large et dont le faux courant créé ne fonctionne pas), sorte de sauna où l’on est assis dans une caisse en bois dont uniquement la tête sort et qui diffuse de la vapeur aux huiles essentielles d’eucalyptus (j’adore l’eucalyptus), terrain de football/volley á 3 de chaque côté du filet extérieur, bref un bon spot de détente. Visite d’une exposition photos superbe avec des photos perturbantes montrant le sombre côté de notre planète avec ses guerres, ses morts, ses misères, la faim etc., chaque foto a reçu un prix particulier, j’ai beaucoup aimé.

     barbier a quito  couturier a quito  vendeuse de pain centre Qmanda quito

     

     

     

     

     

     

    no comment

     

     

     

     vendeuse de nourriturecoiffeur et barbierjoueurs de foot et volley a Qmada

      vive le foot jus de coco 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :